Christelle Jourdan

Billet d’humeur Apocalyptique

En confinement avec Christelle

C’est un samedi matin qui ressemble aux autres. Petit déj’ vitaminé car il reste encore des produits frais : ce n’est que le 5ème jour de confinement. Et pourtant, sur internet, dans la rue, l’ambiance, la panique et l’affolement des gens me procurent un sentiment d’apocalypse. Moi, j’ai décidé de ne plus sortir, de ne plus du tout fréquenter de magasins les 15 prochains jours AU MOINS. Pas tant pour éviter la maladie que pour éviter les comportements fous et l’ambiance anxiogène à chaque entrée de commerce. Alors on développe des stratégies différentes, on fabrique son liquide vaisselle avec du savon de marseille, son fromage frais avec une bouteille de lait, du citron et quelques épices, on anticipe les repas et le recyclage de chaque reste pour ne rien gaspiller. Simple retour a l’essentiel me direz vous… Mais alors pourquoi cela semble t’il si compliqué pour certains ?

La maladie est humaine. Un sombre sentiment s’installe en moi : l’humain des temps modernes prend conscience qu’il est devenu complètement dépendant d’un système ultra capitaliste. Impossible de nos jours de se débrouiller seul. Nous ne savons plus. Et même si nous le savions, il ne serait pas évident de pouvoir chasser, cultiver et pêcher dans un 40m2 à République. Alors, naissent des crises d’angoisses, des boules au ventre, des malades imaginaires, des mouvements de paniques, des émeutes, des pillages et tout autre comportement individualiste « sauver ma peau avant celle des autres » sans vraiment savoir comment on pourrait survivre sur le long terme si les provisions venaient réellement à manquer. Que ferions nous, une fois les stocks épuisés ? Comment survivrions-nous, sans internet ? Heureusement, la question ne se pose pas aujourd’hui, ni même pour les quelques prochaines années, quand on sait que l’on jette 1,3 milliard de tonne de nourriture par an, soit un tiers de la production mondiale, alors même que l’on consomme beaucoup plus que ce qui serait nécessaire pour survivre et que l’économie du numérique se porte au mieux (achats impulsifs de consoles de jeux, de tablettes, et d’ordinateurs pour le télétravail). Mais la question de survie absolue ne se pose pas, surtout, parce qu’il ne s’agit pas d’une « vraie » fin du monde. Et pourtant, cette simple crise inquiète et panique, tant sur le comportement humain que sur notre façon de consommer et de vivre.

Et si la délocalisation de nos productions était une erreur à ne pas poursuivre ?

Fermeture d’usines de production, restriction des déplacements… il semblerait que notre planète se porte mieux : J’aurais pu faire une chronique sur les bienfaits de cette crise pour notre planète et sur les bénéfices environnementaux de l’extinction de la race humaine. mais cela ne pourrait-il pas encourager l’écoterrorisme ? Guerre bactériologique pour anéantir notre système.

Même si l’idée pourrait être plaisante… au fond… Je ne peux pas supporter l’idée que des innocents meurent à cause de l’inconscience et de l’individualisme de certains, dirais-je, de « trop » de personnes. Voici pourquoi j’ai choisi de traiter mon sujet sous cet angle aujourd’hui, car il soulève en moi plein de questions, auxquelles vous aurez peut-être des réponses à m’apporter ?

Vidéos virales de rayons vides et d’incivisme, assaisonnées par quelques fausses vidéos de pillages pour pimenter la sauce. Pourquoi laissons nous se propager la peur alors que les productions continuent de tourner et qu’il n’y a pas de pénurie ?

Certains témoignent sur les réseaux :

« En 2006, j’ai vécu 3 mois la guerre au liban (dit Hazem) et nous n’avons manqué ni de PQ ni de pates ». Rien à dire de plus… Alors, à part si vous êtes.. euh.. pardon … si vous avez. de gros trous du cul, sinon pourquoi vider les rayons de papier hygiènique ?

Masques pillés et revendus au marché noir : Pourquoi porter un masque si on doit rester chez nous ?

« Nous sommes en guerre » et s’il s’agissait en fait d’une stratégie pour responsabiliser une nation qui ne sait pas se confiner ?

« nous sommes en guerre » S’il s’agissait une stratégie militaire pour montrer que nous sommes organisés en cas de vraie guerre biologique ? Alors il faudrait montrer que nous savons nous défendre et que nous ne céderons pas.

Pourquoi ne pas être plus strictes comme les pays voisins ? Les quelques garde à vue pour « mise en danger de la vie d’autrui » sont elles suffisantes ?

Ou est ce que le laxisme du français est simplement le reflet du laxisme de son gouvernement ?

J’ai imaginé un monde idéal où les CRS ne crèveraient pas les yeux de la solidarité, mais sauraient plutôt tuer l’individualisme. Un monde où les actions fraternelles pourraient s’embrasser et sortir victorieuses, où ceux qui inondent les réseaux sociaux d’amour et de créativité seraient soignés et guéris pendant que les égocentrés, sources d’informations anxiogènes seraient privés d’hôpitaux.

Mais en réalité quelle sera l’issue ? Aurons nous la chance de vivre une prise de conscience mondiale avec en fin de course des humains reposés et ressourcés ? Ou retrouverons nous notre rythme effréné et aliénant, en restant victime d’un système bancal ?

Que se passera t’il ? Que se passera t’il si le confinement se prolonge ? Et que se passerait-il, en France, si nous étions vraiment en guerre ?

Christelle, Radio Gekko.